Industries de la 1re transformation

Industries de la 1re transformation

La filière forêt-bois est composée des industries dites :

  • de la 1re transformation : broyage, trituration, tranchage et déroulage, sciage ;
  • de la 2e transformation : industries papetières, emballage, ameublement, menuiserie, charpente et construction, parquets et lambris.

Les premières, représentées par la FNB, sont étroitement liées aux secondes (notamment le secteur du bâtiment) puisqu’elles les approvisionnent en matière ligneuse plus ou moins modifiée.

Le poids économique de la 1re transformation en France

Les industries de la 1re transformation regroupent 870 entreprises de 20 salariés ou plus qui emploient 58 000 salariés, complétées par un artisanat de 24 000 salariés. L’outil de production se caractérise par son tissu de PME familiales qui savent mettre en commun leurs ressources lorsqu’elles doivent répondre à un projet important.

Les scieries : 1er producteur européen de sciages feuillus

La sylviculture - soit 60 % des grumes - trouve son principal débouché dans les scieries. Une fois coupé, le bois est donc vendu pour être scié et traité. Le sciage français occupe le 5e rang européen en termes de volume produit. Les sciages de résineux sont très sollicités en raison de l’augmentation de la construction neuve. Afin d’élargir leur champ d’action, les scieurs intègrent de nouvelles techniques de traitement du bois (collage, aboutage…) pour mieux valoriser la matière première.

Adaptabilité de l’outil de production

Les scieries françaises, très intégrées à l'amont forestier, disposent d’un approvisionnement maîtrisé. Le bois est sélectionné sur pied et tronçonné en fonction de sa qualité et des spécifications de chaque commande. La variété de la forêt française favorise la richesse des sciages. Ainsi, les scieurs français sont capables de s’adapter et de façonner plusieurs types de produits : fortes sections, grandes largeurs ou dimensions spécifiques à l’inverse des scieries scandinaves très standardisées. Scanners pour l'optimisation du sciage, débit automatisé pilotage par ordinateur, systèmes de vision pour la détection des défauts et tri à grande vitesse, régulations et contrôles électroniques du séchage… ont accru les capacités, la diversification des produits et la productivité des scieries qui investissent dans les nouvelles technologies pour se moderniser.